SICARDY Louis Marie (1743-1825), PORTRAIT D'Antoine BARNAVE VERS 1785

TECHNIQUE: Aquarelle et gouache sur ivoire, protégée sous un verre convexe.

ARTISTE: Louis Marie SICARD dit SICARDY ou SICARDI

SIGNÉ:

CADRE : Cadre d'origine, en or (5 poinçons), double face. Au revers des cheveux et une étiquette manuscrite scellée par un cachet de cire noire.

DIMENSION PORTRAIT: 5,8cm

DIMENSION CADRE : 6,5cm

DESCRIPTION :

Miniature historique par Louis Marie Sicard dit Sicardy, montrant le jeune Antoine-Pierre-Joseph-Marie Barnave (1761-1793).

La miniature a conservé, scellée sous verre au revers de son cadre, une mèche de cheveux mélangée d'épis d'or, retenue par des perles. Y sont peintes les initiales d'Antoine Barnave : A.B. et la date (17)85.

Sur le verre est fixée une étiquette manuscrite ancienne et un reste de cachet de cire noire : "Barnave, min(iature) précieuse".

Barnave avait déjà fait appel à Sicardy en 1784 pour un autre portrait plus simple, conservé aujourd'hui au musée du Louvre (inv. RF 5084), et dit présumé de Barnave. On y retrouve les mêmes yeux noisette et le menton carré. Notre miniature de 1785 nous montre le jeune avocat Barnave portant une élégante perruque et un costume rayé. Il pause sur un fond de jardin, dont la technique picturale inspirée de Hall, se retrouve dans quelques miniatures de Sicardy à cette époque. Le visage est lui peint dans ce pointillé si typique du célèbre miniaturiste.

Issu d’une vieille famille protestante de la haute bourgeoisie de Grenoble, fils de Jean-Pierre Barnave, avocat auprès du parlement de Grenoble  et de Marie-Louise de Pré de Seigle de Presle, Antoine Barnave suit des études de droit à Grenoble et obtient le diplôme de bachelier, puis de licencié en droit à l'Universitée d'Orange (1780). En 1783, il est choisi parmi les jeunes avocats pour prononcer le discours de clôture du Parlement de Grenoble. Il se fait remarquer par son indépendance d’esprit en discourant sur « la division des pouvoirs ». Comme la plupart des représentants de la bourgeoisie, il souhaite qu’« une nouvelle distribution de la richesse entraîne une nouvelle distribution du pouvoir ». Barnave est un des rares orateurs à pouvoir rivaliser avec Mirabeau. Il acquiert par son éloquence un peu froide et son ardent amour pour la liberté une très haute influence et une grande popularité.

Lors de sa tentative de fuite (21 et 22 juin 1791), Louis XVI est arrêté à Varennes. Barnave est envoyé par l’Assemblée, pour ramener la famille royale à Paris.

Pendant les trois jours que dure le voyage de retour, Barnave est touché par les malheurs de Marie-Antoinette. Il entame avec elle une correspondance secrète . Il rejoint alors les monarchistes constitutionnels, ce qui lui vaut la haine du peuple parisien et des Jacobins. Arrèté en aout 1792, il est condamné à mort et guillotiné le 29 novembre 1793.

Antoine Barnave est inhumé à la chapelle expiatoire à Paris.

 


CONDITION: Très bon état d'origine. Non démontée par nos soins. Baudruchage de jointure ancien tout autour du verre.

BIBLIOGRAPHIE: Bénézit, Lespinasse, Blattel, Schidlof, Darmon, Foster, Michel Lauraine page 114, Lemoine Bouchard. Louvre page 317

PRIX: 6500€